• #
  • #
  • #
  • #
  • #

3 questions à : Loïc Charbonnier, Président délégué général d’AFTRAL

17 septembre 2019


Cette année, nous vous retrouvons aux côtés de la FNTR pour son Congrès, que signifie pour vous ce partenariat ?

D’abord, le congrès annuel de la FNTR est un événement important car il donne vraiment le pouls de la profession. La Fédération intervient sur des sujets de fonds comme l’Opération Tremplin, la réforme de la FCO ou les évolutions des titres professionnels. La FNTR c’est aussi la proximité avec un réseau régional qui est à l’écoute des transporteurs et traduit auprès des pouvoirs publics, de l’OPCO et de ses partenaires, les besoins de formation exprimés par les entreprises dans chaque territoire. Nous travaillons main dans la main avec la Fédération depuis de nombreuses années.

Quel est le message que vous souhaitez transmettre aujourd’hui aux transporteurs qui vous lisent ?

La Profession a créé un dispositif de formation original et qui est à son écoute et à son service. C’est un véritable atout pour apporter des réponses aux besoins de recrutement et de qualification. D’autres secteurs n’ont pas ces outils à leur disposition et sont démunis. Il s’agit d’une vraie force pour notre filière !

Parlez-nous des actualités de d’AFTRAL ?

AFTRAL se modernise en adoptant des solutions de formations plus souples, plus réactives, et plus proches des entreprises avec désormais près de 120 centres sur le territoire. La qualité pédagogique se modernise également avec les possibilités du digital. Les Écoles ISTELI accueillent sur 20 sites en France près de 1500 élèves du bac + 2 au bac + 6, sur les métiers de l’exploitation, du commerce, de la commission de transport, des douanes. Ce sont de vrais parcours qualifiants, et je me réjouis que l’École soit de plus en plus attractive pour les jeunes. À l’heure du Brexit, elle forme en particulier des déclarants en douanes qui seront nécessaires pour réaliser les futures exportations.